A la une !

La résilience du marché du logement en France

Bien qu’en raison du Covid-19 l’économie soit maintenant en récession, le marché du logement français continue de résister. En France métropolitaine, les prix des logements ont augmenté de 5 % au cours de l’année jusqu’au premier trimestre 2020 (3,75 % corrigé de l’inflation), ce qui représente une amélioration par rapport à la croissance de 2,95 % de l’année précédente et la meilleure performance du marché depuis le troisième trimestre 2011, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). En glissement trimestriel, le prix des logements a augmenté de 1,16 % au premier trimestre 2020 (1,25 % corrigé de l’inflation).

Pendant ce temps, l’économie française, la deuxième de la zone euro, est entrée en récession après s’être contractée de 5,3 % au premier trimestre 2020 (chiffre révisé), après une baisse de 0,1 % au quatrième trimestre 2019, reflétant les lourdes retombées économiques du strict verrouillage anticoronavirus qui a duré près de deux mois. Il s’agit de la plus forte contraction depuis le deuxième trimestre de 1968, lorsque le pays était confronté à des troubles civils.

Paris a connu une hausse des prix de l’immobilier nettement plus importante que l’ensemble du pays. Selon la Chambre des notaires de Paris, le prix moyen des appartements existants dans la capitale a augmenté de 7,95 % (6,67 % corrigé de l’inflation) pour atteindre 10 460 euros (11 741 dollars US) par mètre carré (m2) au cours de l’année qui s’est terminée au premier trimestre 2020.


En Île-de-France, la région la plus riche et la plus peuplée du pays, le prix moyen des appartements a augmenté de 6,81 % en glissement annuel (5,55 % corrigé de l’inflation) pour atteindre 6 430 € (7 217 $ US) par mètre carré au premier trimestre 2020.

Dans la Petite Couronne, le prix moyen des appartements a augmenté de 6,55 % en glissement annuel (5,3 % corrigé de l’inflation) pour atteindre 5 040 euros (5 657 dollars US) par m².


Dans la Grande Couronne, le prix moyen des appartements a augmenté de 4,03% en glissement annuel (2,8% corrigé de l’inflation) pour atteindre 3 100 € (3 480 $ US) par m².

Dans les Hauts-de-Seine, l’un des départements les plus peuplés du pays, le prix des appartements a augmenté de 6,54 % en glissement annuel (5,28 % corrigé de l’inflation) pour atteindre 6 190 euros (6 948 dollars) par mètre carré.


Les ventes de logements existants ont fortement augmenté en 2019, de 10,2 %, pour atteindre un record de 1 065 000 unités, tandis que les ventes de logements neufs ont légèrement augmenté de 0,3 %, à 130 103 unités, selon le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD).

Cependant, les acheteurs sont maintenant temporairement mis sur la touche en raison de la pandémie de coronavirus. Les ventes de maisons existantes ont légèrement diminué de 1,2 % en glissement annuel en avril 2020, tandis que les ventes de maisons neuves ont fortement chuté de 32 % au cours de l’année jusqu’au premier trimestre 2020.

Les rendements locatifs à Paris sont décevants

La bonne nouvelle, c’est que si vous avez un appartement à Paris, vous n’aurez aucun problème pour le louer. La demande dépasse l’offre, la principale raison pour laquelle les loyers ne sont pas plus élevés étant que les contrats de location français sont souvent de longue durée et qu’il existe des restrictions légales à l’augmentation des loyers pendant le contrat.

Cependant, les rendements locatifs bruts des appartements à Paris sont faibles, aux alentours de 4,2 % pour les petits appartements et de 3,9 % pour les grands (il est toutefois juste de dire que nos résultats pour Paris ne reflètent peut-être pas les rendements dans les endroits moins désirables, qui sont probablement plus élevés, car notre échantillon se concentre sur le centre ville haut de gamme de Paris).

Le prix d’un appartement de 120 m² dans ces endroits est d’environ 970 euros par m², soit 90,1 euros par pied carré. Cette année, nous n’avons pas constaté de grande différence de prix entre les petits et les grands appartements.

Le loyer mensuel moyen varie entre 32 et 35 euros par m², soit entre 3,8 et 3,25 euros par m². Les petits appartements sont généralement loués proportionnellement plus cher.


Taxes et coûts

L’impôt sur les revenus locatifs est étonnamment bas en France
Revenus de location : Le taux d’imposition effectif sur les revenus locatifs bruts des étrangers non-résidents est susceptible d’être d’environ 10,00 % sur un revenu de 1 500 €/mois, selon les calculs fournis par Anthony & Cie.

Gains en capital : Les plus-values sont généralement taxées à 19 %. L’impôt sur les plus-values est de 33,33 % pour les citoyens non européens.

Héritage : Le droit international privé français utilise la double règle standard en matière de succession : la loi du domicile du défunt s’applique aux biens mobiliers, et la loi du lieu de situation de la propriété s’applique aux biens immobiliers.

Résidents : Les résidents français sont imposés sur leur revenu global à des taux progressifs, de 5,5 % à 45 %.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’investissement locatif à Lyon, rejoignez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 1 =